25 février 2009

Chronique cinéma n°1

Alors là voilà, la petite chronique filmique de la semaine !
Au programme donc cinq films plus ou moins récents, que je vous conseille plus ou moins aussi !

Jonnhy Got His Gun (Jonnhy s'en va-t-en guerre), Dalton Trumbo, 1971 : Le film de patrimoine (terme que j'emploirai pour les films qui datent d'il y a plus de dix ans) de la semaine, à voir donc. Le pitch, c'est l'histoire d'un soldat frappé par un obus, apparemment inconscient, qui va être utilisé pour des expériences médicales. Très fort, et très dur, non pas en violence visuelle, mais mentale. Reflexion sur l'euthanasie et sur la conscience scientifique très aboutie. Grand film, à mettre entre les mains de tous.

Sauve qui peut (la Vie), Jean-Luc Godard, 1979 : Film que j'ai soutenu haut et fort pour la programmation du ciné-club dont je faisait partie, et dont le thème était "la musique fait son cinéma". Je ne l'avais pas vu, mais je ne regrette pas de m'être acharnée, même si le film a dû en choquer plus d'un. Destins croisés de trois personnages, un cinéaste, sa compagne, et une prostituée, c'est tout juste formidable, mais je ne peut pas vraiment vous le décrire, c'est un Godard. Et comme c'est un Godard, et que la salle était majoritairement sceptique, je ne pourrai pas vraiment vous le conseiller, car même si je l'ai adoré, le film peut paraître hermétique à certains. Mais que ceux qui sentent prêts y foncent, les yeux fermés.

The Wrestler, Darren Aronofsky, 2009 : Le film d'actualité à voir ab-so-lu-ment, comme vous vous en doutez, cf mon article précédent sur le film. C'est juste énorme, et Mickey Rourke y est hallucinant. Courrez-y !

Eden à l'Ouest, Costa-Gavras, 2009 : pendant la séance, j'étais plutôt convaincue, mise à part les dix dernières minutes qui mettent un peu par terre toute la narration, mais avec un peu de recul, je trouve ce film mineure, voire moyen. Cost-Gavras nous montre à travers le parcours d'un clandestin de la Grèce à Paris, combien les gens sont mauvais. Bon, d'accord, mais à part ça ? Et quelles "leçons" en tirer, quelle morale ? Les hommes sont méchants, pervers, intéressés, ok, mais on le savait déjà, non ?

There Will Be Blood, Paul Thomas Anderson, 2008 : Fan inconditionnelle de son film précédent, Punch Drunk Love, je serais incapable de vous vendre ce film. Je me suis passablement ennuyée, et je n'ai pas vraiment saisi l'intérêt du film. Si quelqu'un a n avis positif, je serais heureuse de l'entendre, parce que là, j'avoue être un peu perdue...

Bon, et comme l'occasion fait le larron, je vais revenir un tout petit peu sur les Oscars (un instant, je check le palmarès ^^).
Bon, évidemment, je suis hyper déçue pour Mickey Rourke (sans blagues). Bien que j'adore complétement Sean Penn, je trouve ça dommage qu'il l'ait eu, pour plusieurs raisons. Déjà, parce que Rourke est ex-ce-ptio-nnel (je vais finir par vous passr l'envie d'aller le voir si je continue comme ça ^^). Ensuite, parce que des rôles "à Oscar", je ne pense pas qu'il en aura des dizaines, tandis que Penn en aura plus probablement (n'a-t-il d'ailleurs pas déjà eu ce trophée précedemment ? A vérifier.). Et enfin, parce que je pense (mais je vous confirmerai quand j'aurais vu Milk) que ce rôle ne permet pas nécessairement une performance remarquable (il doit être bien, mais crève-t-il l'écran ?), tandis que celui de Rourke... vous savez ce que j'en pense !
Sinon, Slumdog Millionaire en tête me motive un peu plus encore à aller en salle voir le prodige.
Les prix techniques pour Benjamin Button, c'est une bonne idée, il les méritait bien !
Petite pensée pour le chouchou Entre les Murs qui n'a pas eu le prix, mais ce n'est pas une surprise, et François n'en voulait pas, donc n'ayons pas de regrets ^^

Voilà cette première chronique achevée, avec donc en tête pour vous Jonnhy Got His Gun et The Wrestler.
Bonnes projections, et à la semaine prochaine !

(Cette chronique étaient en gestation, n'hésitez pas à critiquer mes choix et à me conseiller !)


Commentaires sur Chronique cinéma n°1

    Le Trumbo, "très dur", c'est un euphémisme. Je l'ai découvert quand j'avais 14/15 ans, je suis même pas sûr de l'avoir regardé en entier... Je suis d'accord pour le fait de le faire découvrir, mais au final, il n'y a pas tant de spectateurs que ça qui chercheront à le comprendre et à faire l'effort de l'apprécier. :/

    Posté par Gordon, 25 février 2009 à 21:30 | | Répondre
Nouveau commentaire